Les sales dessous du savon à la chaîne

Le savon c’est un peu comme les fonds de veau, il y a ceux que l’on fabrique à la main avec amour et ceux qui concentrent les pires éléments de synthèse. Les savons industriels auront-ils un jour notre peau ? Enquête sous la douche.

Le vrai savon de Marseille : cosmétique en voie d'extinction.

Le vrai savon de Marseille : cosmétique en voie d’extinction.

« Tu emboucanes, tu pègues, bonne mère, va donc te passer un coup de savon sur la goule. S’il n’y en a plus sur la pile, file à l’épicerie du coin. » Du savon de Marseille, il y en a partout, même à Lille et à Charleville-Mézières. Certains l’adorent, d’autres le détestent traumatisés par des étés à utiliser ce cube aux rides profondes quand les copains découvrent le Tahiti douche. Sur les étals des supermarchés, ça fait des années que le savon répond présent. Forcément, le méridional excelle dans l’usurpation d’identité. L’appellation n’étant pas protégée, on trouve de tout. Le vrai, le marseillais pur jus, lui est fabriqué par des artisans savonniers dans la cité phocéenne et ne compte que deux ingrédients : de l’huile d’olive (72%) et de la soude (28%). Cette association corps gras (huiles ou graisses) / lessive (hydroxyde de sodium) forme d’ailleurs la base de tous les savons.

 

Les savons industriels utilisent des granulés de savons pas chers qu'ils broient, malaxent. Sont ajoutés ensuite à la pâte tout un tas d'additifs pas forcément fréquentables.

Les savons industriels utilisent des granulés de savons pas chers qu’ils broient, malaxent. Sont ajoutés ensuite à la pâte tout un tas d’additifs pas forcément fréquentables.

Marseillais mon oeil ?
Dans les supermarchés, le savon Le petit Marseillais présente une recette plus complexe. Lisez plutôt. Composition : sodium palmate, sodium palm kernelate, aqua, talc, prunus amygdalus dulcis oil, glycerin, lauryl glucoside, sodium chloride, tetrasodium EDTA,  tetrasodium étidronate, parfum, alpha-isomethyl ionone, butylphenyl methylpropional, eugenol, limonene, linalool,  CI77891 et CI77492. Vous ne comprenez rien ? Vous n’avez jamais étudié l’INCI, l’International nomenclature of cosmetic ingredients, commun à toute l’Europe qui mélange en caractères 6 du latin et de l’anglais pour le plus grand désarroi des consommateurs ?

Dans la langue de Duras, notre petit Marseillais comporte donc dans l’ordre d’importance : de l’huile de palme (sympa pour les grands singes), de l’huile de palmiste saponifiée (trop cool question déforestation), de l’eau, du talc, de l’huile d’amande douce, de la glycérine, du lauryl glucoside (un tensio-actif doux, ouf !), du sel, de l’Ethylène-Diamino-Tétra-Acétate (très polluant), son cousin le  tetrasodium étidronate qui ne vaut guère mieux, du parfum, un agent masquant l’odeur du produit, un autre, une substance odorante (proche du clou de girofle), un hydrocarbure composant de nombreuses huiles essentielles, un alcool tertiaire lui aussi présent dans les huiles essentielles, du dioxyde de titane et de l’oxyde de fer. Et notre huile d’olive (Olea europaea fruit oil en INCI), elle est où ?

L'INCI ? C'est cette liste d'ingrédients illisible et incompréhensible que l'on trouve sur les cosmétiques.

L’INCI ? C’est cette liste d’ingrédients illisible et incompréhensible que l’on trouve sur les cosmétiques.

Les ingrédients qui tâchent

Quand on interroge Rita Stiens, la papesse des cosmétiques bio sur son site laveritesurlescosmétiques, deux ingrédients de notre petit Marseillais posent problème sur un plan sanitaire. L’EDTA et son cousin le tetrasodium étidronate tous deux liants,  difficilement biodégradables  et douteux sur un plan toxicologique. Un coup d’oeil sur la fiche de toxicité de l’INRS (l’Institut national de recherche et de toxicité) et on n’est guère rassuré : « en cas de contact de l’EDTA avec les yeux, laver immédiatement et abondamment avec de l’eau et consulter un spécialiste. » Ca calme !

« Globalement, explique Rita Stiens, les substances problématiques dans les savons peuvent être : l’EDTA, les colorants azoïques (pigments colorés fabriqués chimiquement à l’origine de nombreuses allergies, les CI1… quelque chose, certains étant même jugés cancérigènes), les conservateurs suspects du genre parabènes, mais aussi les tensioactifs durs éthoxylés (fabriqués à partir d’un gaz très réactif, extrêmement toxique, cancérigène et mutagène : l’oxyde d’éthylène). »

Un producteur en saponification à froid produit de 100 à 200 savons par jour maximum. Un bondillonneur peut sortir de son extrudeuse 2000 ou 3000 savons jours et changer les parfums et les couleurs au gré de ses envies.

Un producteur en saponification à froid produit de 100 à 200 savons par jour. Un bondillonneur peut sortir de son extrudeuse 2000 ou 3000 savons quotidiens.

SAF ou suif ?

Mieux vaut donc se tourner vers les savons artisanaux qui privilégient les huiles nobles (colza, olive, argan, jojoba, pépins de raisin, noyaux d’abricot), conservent la glycérine, ajoutent des beurres végétaux de karité ou de coco, des huiles essentielles et tout un tas d’ingrédients naturels qui nous font du bien. Mais comment les reconnaître sachant que 98% des savonniers sont semi-industriels ?  Une fois encore, il faut sortir ses lunettes et scruter l’étiquette. « Si vous trouvez du sodium palmate ou du sodium tallowate (de la graisse de ruminants, hum), vous pouvez être sûr qu’il s’agit de savons fabriqués à partir de bondillons », explique Sidonie Champagne, artisan-savonnier.

Bondillons ? du verbe bondiller ? « Le bondillon, c’est de la pâte à savon que le savonnier achète à un industriel qui lui même n’est souvent qu’une branche d’un conglomérat malaisien puisque 90 % des pâtes à savon sont produites  là-bas. Le bondillon s’obtient en mélangeant une huile pas chère, genre palme ou coprah avec de l’hydroxyde de sodium. De cette réaction chimique émerge naturellement de la glycérine que les industriels extraient pour ne pas boucher leurs machines et revalorisent du même coup dans des crèmes cosmétiques. » Il suffit alors aux bondillonneurs   d’ajouter à leur préparation toute faite tantôt du lait d’ânesse, tantôt des huiles essentielles, tantôt de l’huile d’argan ou du beurre de karité et de faire croire à un produit naturel et artisanal. « Les ajouts ne pouvant dépasser les 10% de la composition du savon, on débusque les embrouilles facilement, précise Sidonie. Les ingrédients sont rangés dans l’INCI par ordre d’importance, il suffit de repérer à quel niveau de la liste se situent les bons produits. S’ils sont en queue de peloton, reposez le savon.»

Et voilà les savons de Sidonie.

Et voilà les savons de Sidonie.

Savons-bijoux

La meilleure façon de se laver consiste donc à acheter un savon saponifié à froid, un SAF comme on dit quand on est artisan-savonnier. Parce qu’ils sont doux pour la peau, bons pour la planète et fabriqués avec amour avec plein de bonnes choses dedans. « Je me lève tôt le matin comme le boulanger, raconte Sidonie, je dissous mon hydroxyde de sodium dans l’eau. Je pèse et prépare mes huiles : coco pour faire la mousse, beurre de karité pour ses qualités émollientes, colza et tournesol d’une ferme bio à 30 km de chez moi, olive de la ferme d’Alda une Portugaise pur jus dont le frère exploite une petite ferme là-bas au Portugal, le tout en bio. Je travaille totalement à froid, ce qui permet au savon  de conserver naturellement 8 à 10 % de sa glycérine et aux huiles végétales de conserver toutes leurs propriétés. Dans une journée je ne peux faire que 208 savons d’un seul parfum. » En fait, les SAF, c’est un peu comme la haute couture. Des pièces sublimes à porter sous la douche en sifflotant.

 

 

Si vous aimez nos articles, dites-le nous sur notre page Facebook et pour découvrir la Ruche qui dit Oui ! c’est par ICI

Commentaires

  1. petit ajout à propos des bondilloneurs (assembleurs de savons) le plus souvent il rajoutent à leur bondillon du lait d’ânesse en poudre. Il n’a plus aucune action mais ça leur permet d’embellir l’étiquette et de tromper l’acheteur sur le pourcentage!! méfiez vous des mentions « équivalent lait frais » qui camouflent cette pratique!
    le lait est chauffé à degré pour être pulvérisé (atomisation). en liquide les assembleurs de bondillon ne peuvent guere ajouter plus de 7/8% de produit.; alors qu’un savonnier à froid pourra doser son savon à 40% de bon lait frais!

    • Bonjour,

      Votre article sur le savon de Marseille est en effet le reflet de la réalité.
      Cependant etant fabriquant de cosmetiques au lait d’ânesse Frais je ne peux pas être d accord avec les propos de certains.
      L’huile de palme en cosmétique n est pas mauvais bien au contraire.
      En plus cette huile fait vivre des milliers de personnes.
      Fabriquer en saponification à froid c est a dire sans les fameux granulés de palm des savons au lait d ânesse est là une tromperie car le lait est détérioré au moment de la saponification vu la hausse de temperature.
      Je serais d ailleurs curieux de voir vos laboratoires et aussi vos tests de cosmétique.
      À ce jour n avons finalement pas trouvé mieux que les bondillons d huile de palme sans edta, sans paraben et non testé sur les animaux pour fabriquer des savons.
      Les savons que vous trouvez en supermarché sont fait avec du gras de porcs ou de boeufs c est la qu il faut s interroger.

      • vous dites que l’huile de palme fait vivre des milliers de personnes. Ah oui ? et dans quelles conditions ? Par exemple au Liberia, pays à genoux qui sort d’une guerre civile, les industriels (masters of the world) ont profité de la misère pour anéantir 200 000 hectares de forêts primaires privant les locaux de leur subsistance (sans parler de la mise à sac de la biodiversité mais cela intéresse qui ?) pour leur fournir à la place du TRAVAIL mot magique qui fait oublier qu’ils sont payés une misère qu’ils n’arrivent même plus à nourrir ni eux ni leurs familles convenablement alors qu’avant si ! Ce scénario se répète un peu partout (intervention de l’armée à Bornéo pour faire partir les peuples qui vivaient de la forêt primaire) . Alors je préfère un savon local même si la saponification n’est pas parfaite plutôt que de me faire propre avec du sang, de la souffrance, de l’irrespect, de la spéculation, j’en ressort plus sale qu’avant

    • Visitez le site SAPODOUCE, garantie 100 % Made in Tarn et Garonne …

    • thellier elisabeth

      merci pour toutes ces infos; et qu’en est -il du savon d’alep? COMMENT reconnaître le vrai du faux?

  2. Merci pour cet article. Un sujet auquel je suis sensible, fabriquant moi-même mes savons à froid à la maison, ce qui est très facile.
    Une petite rectification : »sodium palmate » est l’huile de palme saponifiée (c’est-à-dire transformée en savon grâce à de la soude, ou « hydroxyde de sodium »), et « sodium palm kernelate » est l’huile de palmiste saponifiée.
    La différence : l’huile de palme est extraite de la pulpe du fruit, l’huile de palmiste est extraite du noyau du même fruit (kernel = noyau en anglais).

    • La Ruche qui dit Oui !

      Merci Marie-Aude pour cette subtilité chimique. On a corrigé.

    • Bonjour marie Aude,
      Pourrais-tu me dire comment on fabrique ses propres savons (ingrédients…) ?
      Bonne journée,
      Florence

    • Bonjour Marie-Aude,

      J’aimerais me lancer aussi dans la fabrication de mon propre savon. J’ai parcouru le site http://www.aroma-zone.com/aroma/fiche_savoirfaire_saponification-froid.asp#intropage cité par la Ruche. Cela semble facile, en effet.
      Cependant, pourriez-vous me donner quelques conseils ? Par exemple, je n’ai pas de mixeur à la maison et je n’ai pas très envie d’en acheter un uniquement à fins de la fabrication des savons. Y a-t-il un autre moyen efficace de mélanger la pâte de savon ? Ou peut-être, puis-je quand même utiliser le même mixeur pour la cuisine (après son nettoyage) ?
      Et ma deuxième question est concernant des huiles que je peux utiliser. Comme je débute, j’ai pensé que le plus simple serai d’utiliser l’huile d’olive. Mais puis-je utiliser le même dont on se sert pour la cuisine ?

      Merci pour votre temps et bonne journée à vous !

      Sarka

    • Bonjour Marie-Aude,

      J’aimerais me lancer aussi dans la fabrication de mon propre savon. J’ai parcouru le site http://www.aroma-zone.com/aroma/fiche_savoirfaire_saponification-froid.asp#intropage cité par la Ruche. Cela semble facile, en effet.
      Cependant, pourriez-vous me donner quelques conseils ? Par exemple, je n’ai pas de mixeur à la maison et je n’ai pas très envie d’en acheter un uniquement à fins de la fabrication des savons. Y a-t-il un autre moyen efficace de mélanger la pâte de savon ? Ou peut-être, puis-je quand même utiliser le même mixeur pour la cuisine (après son nettoyage) ?
      Et ma deuxième question est concernant des huiles que je peux utiliser. Comme je débute, j’ai pensé que le plus simple serai d’utiliser l’huile d’olive. Mais puis-je utiliser le même dont on se sert pour la cuisine ?

      Merci pour votre temps et bonne journée à vous !

      Sarka

  3. On peut être savonnier SAF et utiliser de l’huile de Palme bio! Sodium palmate se retrouve donc aussi dans les savons SAF!

    • La Ruche qui dit Oui !

      L’huile de palme bio provient souvent de palmeraies gérées de façon écologique. Cela étant, les artisans savonniers préfèrent très souvent des huiles plus précieuses et plus intéressantes pour la peau.

      • Sauf que l’huile de palme est une excellente huile en savonnerie (elle apporte dureté et douceur au savon là où la plupart des huiles durcissantes apportent de la détergence…). Personnellement j’en utilise dans une partie de ma gamme, mais avec une origine biologique bien sûr !

  4. sionneau

    Bonjour je vois que d’un sujet qui explique les travers de l’huile de palme en général, on se retrouve avec le lobby de cette industrie qui réussit à s’immiscer dans le débat et tente de reprendre la main sur cette matière première plus que contestée. Si vous faites du savon par saponification à froid comme vous le prétendez pourquoi y mettez vous cet ingrédient qui n’apporte rien à la peau mais en plus détruit l’environnement sans vergogne ? même bio, personne ne peut garantir aujourd’hui l’éthique qui règne au sein de l’exploitant (ou exploiteur) ni ce qu’il y avait avant cette plantation sur le sol. Quand à l’explication sur la nuance entre sodium palmate et sodium palm kernalate, au final c’est toujours l’exploitation du palmier qui pose question. Mangeons du beurre de chez nous, des huiles de tournesol, de colza, d’olive…. et laissons l’huile de palme pour les agro-industriels et autre mac do. Dans les produits artisanaux (les vrais hors bondillons) évitons les soigneusement. Il y va de l’avenir de nos enfants et de celle de la planète !

    • FLorence

      Je pense aussi que même bio tout ce qui relève du palme n’est pas équitable. Il n’y a qu’à remarquer les cultures légumières Bio du Maroc….Et puis favorisons le local le plus possible.

  5. Laurent GEROME

    C’est bien gentil tous vos articles mais vous ne dites pas où on peut se procurer du vrai savon de Marseille ni quelle marque. Ce serait intéressant d’avoir ces infos.
    Merci

  6. Touchais Nicole

    Les savons Marius Fabre sont ils de vrais savons de Marseille?

  7. Bonjour,
    merci pour votre article il nous informe sur un sujet dont nous soupçonnions les dangers.
    Je partage un peu l’avis de Laurent, il manque un peu de bonnes adresses.
    Pour ma part je suis marseillaise et m’approvisionne aveuglément depuis des années à la savonnerie de la Licorne. A votre connaissance celle-ci est-elle fréquentable?

    Merci,

    Anne

  8. Clément

    Bonjour à tous, bonjour la ruche,
    Je tiens quand même à réagir à votre dernier commentaire, puisque je suis également très, très intéressé par le sujet, je suis allé jeter un oeil sur le site de la savonnerie du fer à cheval…
    Et la composition de leur savon est la suivante :
    (huile olive), sodium olivate, SODIUM PALMATE, aqua (water) sodium PALM KERNELATE or sodium cocoate, sodium chloride, sodium hydroxyde.
    Alors bon…C’est certes très attrayant, mais la composition est la même que celui de la compagnie de provence. Qui ne se vante pas d’être la plus artisanale.
    Enfin voilà…ça tourne en rond quoi !
    Il y a le savionnier marseillais (c’est le nom de la marque) qui fait, à ma connaissance, du savon, pur et simple. Huile, soude, point.
    Bonne recherche à tous !

    • Mais il est très bon ce savon dans sa compo! De l’huile d’olive, de l’huile de palme, de palmiste, de la soude et du sel. La même recette de savon de Marseille depuis le 19eme siècle! Avec en prime de la noix de coco pour les bubulles. Allez-y, foncez! A part sur l’edit de Colbert en 1688 et jusqu’en 1820 a peu près, il n’est écrit nul part que le savon de Marseille DOIT être un savon à 100% huile d’olive. Traditionnellement en revanche il est censé contenir 72% de matière grasse (d’où le tampon sur l’une des faces).

      Evidemment un savon à froid avec cette compo sera toujours meilleur car le procédé de fabrication fait que la glycerine créée durant le processus ne sera pas « nettoyée » et ajoutera donc de la douceur au savon.

      Apres le débat sur la palme, la deforestation, les singes blabla… chacun sa conscience. Perso je m’inquiète plus des pesticides qui se retrouvent dans mon assiette même si c’est un tout. Ici en Afrique dans certaines exploitations, l’huile de palme est produite par les villageois qui tirent les dates des palmiers alentours. Dans d’autres, ce sont d’enormes palmeraies. Pareil pour le karite, le coco etc… Est-ce qu’ils deforestent? Oui certainement. Pour? Survivre. Est-ce que c’est éthique? Pas moins que les enormes exploitations de milliers d’hectares de blé, colza, de tournesol, de soja qui « façonnent » les campagnes du vieux continent qui a vu aussi ses forets dévastées par l’agriculture intensive. Bref un sujet sans question et sans réponse.

  9. Pour moi et toute la famille c’est Alep Alep Alep ce savon est une merveille, pain dermatologique a l’avoine pour le visage et ghasoul pour les cheveux

    • Alep alep d où vient votre savon ???
      Il n y a rien qui sort de ce pays depuis 4 ans
      C est la guerre là bas

      Bonne continuation

      • al-yafi christelle

        Bonjour,

        Pure bourguignonne, j’ai découvert et utilise le savon d’Alep depuis le jour ou j’ai épousé un Alépien, à savoir 28 ans. J’achetais les miens seulement dans les foires expos jusqu’à ce que mon mari me prouve qu’il y avait beaucoup de faux. Depuis des années, je les fais rapporter par un ami Iranien à chaque fois qu’il rentre au pays et en cas de rupture, je les prends sur le site http://www.alepia.com/fr/ ou je trouve les produits excellents.En ce qui me concerne, je prends le 5% huile de baie de laurier, car pour nous les européens, notre peau ne supporte pas n’importe quel savon d’Alep. Le maximum conseillé et du 15%. Mais à chacun de trouver celui qui convient le mieux à sa peau. Les ingrédients INCI de ce dernier sont: Sodium olivate ( huile d’olive saponifiée) sodium laurate ( huile de baies de laurier saponifiée) aqua (eau) sodium hydroxide ( traces de soude extraite du sel marin)
        Cordialement

  10. Marseillaise, je vous conseille les produits naturels faits à l’ancienne par Marius Fabre : savons en copeaux, en barres, liquides, savon noir etc … Voir le site mariusfabre.com

  11. Bonjour, vous prenez l’exemple du savon Le petit Marseillais, qui n’est certes pas très chic niveau compo, mais je ne vois marqué nul part « savon de Marseille » sur votre photo!! « Le petit Marseillais » est une marque, qui fabrique des savons en autre, mais aussi beaucoup d’autres produits dont des déo, mais on va pas dire que ce sont des déo au savon de Marseille… Ici il s’agit d’un savon doux a l’amande douce, c’est marqué, et pas DU savon de Marseille ;) Je ne défends pas la marque, mais votre exemple est mal choisi. Cdlt

  12. Laurence

    Je viens d’aller voir le site de Marius fabre (produits que je connaissais déjà avant, notamment la grande barre de savon) et effectivement, la composition semble être correcte.
    Du moins, garantie sans huile de palme.

  13. Sandrine

    Une petite adresse pour des savons de qualité : Rampal Latour à Salon de Provence, une petite fabrique artisanale où j’adore aller chaque fois que je passe à Salon.
    Je ne sais pas si ils ont un site internet.

  14. voisin claire

    oui, oui je suis d’accord mais où trouver de tels savons ?
    j’habite dans le calvados entre Lisieux et Caen.
    pouvez-vous m’indiquez des distributeurs ?
    merci
    bonne journée

    claire voisin

  15. Florence

    très intéressée par votre article ! vous ne parlez pas des savons liquides ou très peu. je suis allergique à la potasse qui me cause des dartres (la potasse est le solidifiant des savons), et mon médecin m’avait conseillé d’éviter les savons « durs » il y a plus de 30 ans. Or, les savons artisanaux sont à 99% « durs » hélas pour moi !
    J’ai découvert il y a plusieurs années avec bonheur le savon liquide de Marseille, marque « le comptoir du bain », qui mousse bien, et surtout se rince très facilement, contrairement aux tahiti douches et autres ushuaia qui laissent toujours qqchose sur la peau. Je m’en sers même pour me laver les cheveux, c’est dire ! il laisse la peau très douce, et mes cheveux sont bcp plus légers et moins gras depuis que je les lave avec.
    par contre, je découvre qu’il contient de l’EDTA, ce qui m’embête bien car j’étais très contente d’avoir trouvé qqchose qui me convenait. Voici sa composition (ce flacon est parfumé au thé vert) :

    aqua (eau) – potassium cocoate – glycérine – parfum – hydroethylcellulose – PEG 40 hydrogenated castor oil – tea cocoate – cocos nucifera oil (huile de noix de coco) – tetrasodium EDTA – tocophenol – CI 16258 – CI 42051 – CI 19140 – limonene – hexyl cinnamal – linalool

    bref, je ne sais plus quoi faire …

    • Bonjour Florence,

      Je suis savonnière à froid et je ne peux m’empêcher de réagir !

      La potasse n’est pas le solidifiant des savons !!!! D’ailleurs un savon fabriqué avec de la potasse donne un savon mou ou liquide si l’on rajoute de l’eau. Celui que vous utilisez est fait avec de la potasse justement car « potassium cocoate » c’est de l’huile de coco transformé en savon à l’aide de potasse !!!
      Petite explication :
      Pour faire un savon solide par saponification à froid : on utilise des huiles végétales + de la soude et de l’eau et ça nous donne du savon et de la glycérine.
      Pour faire un savon mou, on remplace la soude par de la potasse, pour faire simple, c’est un peu plus compliqué que ça, je ne suis pas non plus experte en savon à la potasse… et pour faire le savon liquide que vous avez achetez, ils ont rajoutés de l’eau qui est l’ingrédient en plus grande quantité dans le produit que vous utilisez puisqu’il est placé en premier dans la liste des ingrédients, ils ont donc dû rajouté des conservateurs et autres stabilisants….puisque l’eau développe des bactéries.

      Dans un savon à froid dit SAF il ne reste que très peu d’eau à la fin de la saponification, nous n’avons donc pas besoin de conservateurs et autres cochonneries ajoutés dans les produits liquides.

      Vous avez tout de même apprécié ce savon liquide à la potasse car il est moins nocif que les gels douches classiques fait avec beaucoup d’eau également mais surtout avec des tensioactifs agressifs et des dérivés du pétrole qui reste sur votre peau.

      Je vous conseille d’essayer un savon saponifié à froid, sans flacon en plastique, sans ajouts superflus, voici une carte avec les savonniers à froid de france pour en trouver un près de chez vous : http://www.ruedusavon.fr/blog/2011/05/ou-trouver-un-savonnier-saf/

      Je suis sûre et certaine que vous ne serez pas déçue !!!

      Bien à vous,
      Marie
      Savonnerie Les Bulles de Marie

  16. Marseillaise d’origine , on ne nous a jamais lavé avec le cube savon de marseille qui est un détergent et pas un cosmétique, et si vous aviez vu les mains des lavandières vous auriez compris pourquoi. Les savonneries à l’époque fabriquaient des petits savons qui sentaient bon la rose et qui avaient de la glycérine pour la toilette, les savonneries de marseille savaient extraire la glycérine. Pour les savonneries : le Sérail, et la licorne. Il y a bien longtemps que l’on rajoute en autre de l’huile de palme et de coco dans les savons de marseille.
    Pour l’huile de palme et la peau il faut lire ce quelle apporte avant de la dénigrer, dans ce débat c’est l’homme qui est coupable de déforestation car on a pas encore vu les palmiers se planter seul!

  17. Isabelle MACQUAIRE

    Bonjour,
    Pour ma part, je me fourni à la boutique de l’Aromathérapie qui propose des savons artisanaux à base de toutes les bonnes choses évoquées (huiles végétales bios, huiles essentielles). Transparence garantie. Commandes possibles sur le site : http://www.boutique-aromatherapie.com/38-savons

  18. THUILLIER

    Bonjour à tous,
    Et que pensez-vous des savons de la marque LUSH qui revendique une fabrication à la main, bio, équitable etc… ? Est-ce purement marketing ou peux t’on leur faire confiance?

  19. Bonjour, pour le savon de Marseille moi je me fournis au « Sérail » 72% d’huile d’olives, eau, sel et soude, savon de couleur verte, les savons de Marseille « blanc » sont coupés avec de l’huile de palme, coco….
    Je ne vois aucuns commentaires parlant des normes de fabrication ! et oui il faut faire attention à ça aussi ! non?

  20. Bonjour,

    Très intéressant. Le savon me passionne depuis toujours.
    Difficile de trouver la bonne méthode sur internet…

    Et à la Ruche qui dit Oui, on ne pourrait pas se fournir en savon artisanal ??

    Bonne journée

    • La Ruche qui dit Oui !

      Il y a dans le réseau de la Ruche qui dit Oui plusieurs artisans de savons : au lait d’ânesse, aux huiles essentielles, en saponification à froid (ou pas)… Si vous en voulez dans votre ruche, pourquoi ne pas le suggérer à votre responsable ? Vous êtes dans quelle région ?
      Bien à vous,

  21. Bollard Françoise

    J’achète sur le marché des savons à la propolis et à la verveine à une apicultrice de la région (Grenoble) et m’en trouve bien : fini la peau qui tire, je suis propre et je sens bon !
    Maintenant, je suis incapable de vous donner la composition…

    • Bonjour Françoise,

      Vous ne savez pas ce qu’il y a dedans car vous avez perdu ou jeter l’emballage ?

      Ou est ce parce que le savon n’est pas étiqueté ?

      La règlementation veut que chaque produit cosmétique (savon compris) doit comporter la liste des ingrédients contenus dans le produit par ordre décroissant, si ce n’est pas le cas, il faut se méfier !!!

      Bien à vous,
      Marie
      Savonnerie Les Bulles de Marie

  22. homemade

    OK les savons industriels craignent, on enfonce une porte ouverte.
    « En fait, les SAF, c’est un peu comme la haute couture. Des pièces sublimes à porter sous la douche en sifflotant. »
    Si ces savons sont hors de prix, je vois pas à quoi ça sert car c’est réservé aux riches, et là c’est carrément du mépris de classe : il n’est jamais fait mention du prix dans cet article. Si le but c’est de conforter des marchés de niche, je trouve ça débile. Le but de la rûche c’est d’amener progressivement les gens à abandonner les hyper marchés, donc à pratiquer des prix bas grâce à des matériaux simples et de proximité. Pas à flatter des bobos.
    Où touve t-on le vrai savon de marseille et comment fait-on pour le reconnaître ? On en sait rien.

  23. Les vrais savons de Marseille se trouvent à marseille : La licorne et le sérail. La composition du savon de marseille n’est pas noté dessus parceque c’est un détergent, donc difficile a identifier. Il y a en cours une reconnaissance géographique pour le savon de marseille qui ne pourra être fabriqué qu’en France sous appellation : Savon de Marseille. Le procédé de fabrication a déjà été déposé en 2003 et il y a des textes faits sous Napoléon qui vous donne une définition du savon de marseille (textes oubliés et qui auraient pu protéger ce produits).
    Je recherche les liens et viendrai les mettre !
    Bonne journée!

  24. veronique

    Fabriquant avec un immense plaisir depuis quelques mois mes propres savons a froid .Je peux vous assurer que ni ma famille , ni mes amis ,ni tout ceux qui m ‘ en demandent depuis qu’ils connaissent ce plaisir et ce bonheur de se laver avec un savon bio , de A à Z ne retourneront vers les produits des supermarchés , ni même vers ces produits dont la compo est aussi longue que mon bras !
    J ‘ aimerai en faire mon métier , malheureusement ou heureusement , c ‘ est selon ! je n ‘ ai pas les diplômes nécessaires ! La législation étant très rigoureuse car il y va de la santée des personnes .Je ne peux que conseiller de bien lire les étiquettes . Et pour avoir un bon produit , il faut aussi accepter d ‘ y mettre le prix !

  25. sebstelle

    Savonnière SAF en auto-entreprise, j’aimerais apporter des précisions à ces intéressants article et commentaires !

    Le problème de l’huile de palme me semble bien trop médiatisé, certains doivent s’y retrouver… on ne parle pas des conditions de travail des marocaines qui produisent l’huile d’argan… pas sûr que l’huile de noyaux d’abricot ou autres soit mieux loties… Tant qu’on n’est pas allé soi-même sur le lieu de production, on ne peut être sûr de rien, et cela pour chaque ingrédient utilisé, et c’est pareil pour tout… Michel Podeba dans son livre sur les huiles dit : « l’huile de palme artisanale a subi la mauvaise publicité faite autour de la production industrielle de l’huile de pame raffinée. L’huile de palme artisanale est produite par des paysans qu’il faut continuer de soutenir, surtout lorsqu’ils produisent une huile de cette qualité » Eh non, il n’y a pas qu’en France qu’un petit village résiste encore et toujours à l’envahisseur, et tant mieux !

    Personne n’a envie d’acheter un savon qui disparaît en 2 douches, or pour qu’un savon ait une bonne dureté, il faut qu’il soit constitué pour moitié d’huiles solides à température ambiante, c’est-à-dire coco, palme, karité… et graisses animales. En France, on ne produit pas ces huiles. Le meilleur des savons serait donc naturellement celui à la graisse animale de l’élevage le plus proche : valorisation d’un déchet et produit local. De plus, les huiles dites nobles étant chères et ne donnant pas de dureté au savon, il ne faut pas en abuser : merci le savon à 10 euros qui ne fait pas la semaine !
    Ce n’est donc pas parce que vous verrez ces huiles en fin de liste INCI que le savon en question est à jeter. Fiez-vous à l’impression marketing que vous aurez à ce moment là : on me prend pour un con ? Par contre il y a un paquet de produits nocifs à éviter comme le précise l’article !

    Il y a beaucoup de savonniers SAF, suivez le lien dans l’article que complète bien le lien vers l’institut du savon (ce ne sont pas les mêmes asso donc pas les mêmes savonniers). Il y en a forcément un près de chez vous ;-)

  26. Ancienne fabricante de savons avec bondillons, j’ai cessé la fabrication depuis 10 ans pour ne travailler qu’avec de vrais fabricants. Je suis commerçante indépendante à Limoges. Pour le Savon de Marseille, le meilleur provient du Sérail à Marseille, reconnu EPV ( Entreprise du Patrimoine Vivant ).A voir leur site pour la fabrication !! Depuis 20 ans, je travaille avec eux et c’est une petite structure familiale adorable. Le savon blanc est fait avec de l’huile de palme, certes, mais en choisissant avec soin ces fournisseurs….Un engagement quoi !! Quant à La Licorne et Marius Fabre, petit doute sur la totalité de leur fabrication…car les cuissons au chaudron ne sont pas possibles au vu des quantités de production…Petite précision, la cuisson au chaudron permet d’éliminer la soude, ce qui rend le savon beaucoup moins agressif. Mais chacun a une peau différente et aussi un comportement différent. Par exemple, pour des problèmes d’eczéma, je conseille souvent le savon d’Alep ou d’ânesse; la plupart du temps, on refuse le savon d’Alep à cause de son odeur ( dûe à la présence d’huile de baie de laurier, l’antiseptique qui peut soigner ces problèmes !)…Bonne recherche !!!!

  27. Salut hommes et femmes de la Ruche !
    Pour les Bretons, je conseille cette fabricante de savons et baumes, installée à Crac’h dans le Morbihan : http://lesbullesdemarie.blogspot.fr/
    En espérant pouvoir très bientôt créer une Ruche pour la vendre

  28. Christophe

    « Vrai-faux savon de Marseille », « Faux-vrai savon d’Alep »… Bla-bla-bla…
    Qui croire ?

    Moi, depuis 2 mois, j’ai trouvé une solution qui me va… comme un gant (… de toilette bien sûr !) :
    JE ME LAVE DESORMAIS SANS AUCUN SAVON, juste avec de l’eau, sous ma douche comme d’habitude, le matin ou après le sport, corps et cheveux : zéro shampooing, zéro gel douche, zéro savon. Nada.

    Je me suis laissé tenté par l’expérience après avoir lu un article paru dans le gratuit Metronews mi-janvier 2014 (taper « se laver sans savon » dans votre moteur de recherche préféré, l’article est en bonne place).
    Je ne regrette pas du tout puisque j’ai définitivement adopté cette démarche.
    Si ça vous tente, évitez de trop l’annoncer à votre entourage, c’est pas encore dans les mœurs de notre société de consommation ;) De toute façon, l’entourage ne s’en rend même pas compte…

    Christophe, lobbyiste du sans-savon (bénévole)

    • FLorence

      Bien joli de ne se laver qu’à l’eau! mais l’eau du robinet n’est pas très honnête aussi. Préfère quand même un bon savon et aussi pour que mon intimité ne laisse pas d’ odeurs. Je n’ai pas envie de sortir des cavernes. Même dans l’antiquité le savon existait : il y a des plantes saponifères.

  29. si vous voulez un bon et vrai savon de Marseille, prenez la marque « Le Sérail ». Fabricant de savon de Marseille, à Marseille, dans la plus pure tradition. Depuis que je l’utilise, je n’ai plus de problème de sécheresse de peau et autres problèmes.

  30. Isabelle

    Et bien pour contrer tout cela,je me suis mise à la savonnerie à froid et je ne regrette rien.Bien sur il faut calculer qu’il faut plusieurs semaines de séchage pour que le savon devienne neutre et mon savon « Alep maison » rentre dans ma recette de lessive et liquide vaisselle.
    Et la chimie devient plus claire.Je décrypte beaucoup mieux les cosmétiques.Nous ne sommes pas plus bêtes que les autres!!!!!!

  31. bonsoir

    et ou achète tu ton huile, car plus haut, sur le site aroma, j’ai rentré mes chiffres dans le tableau, et pour faire 620g de savon, il me faut pour 22 euros, rien que pour l’huile (amande douce)
    quoique je ne connais pas le prix, pour 620gchez un savonnier sérieux, ça me parait cher?

    peut t’on utiliser par ex de l’huile d’olive acheté en super marché? (j’ai envoyé un mail à Lesieur, pour connaitre l’Indice de saponification)

    merci d’avance

    • Bonjour Claude,

      Vous pouvez bien sûr utilisez de l’huile d’olive que vous consommez ;-)

      Voici un livre qui vous aidera à fabriquer vos propres savons par saponification à froid :
      Je crée mes savons au naturel, Édition Terre Vivante, par Léanne & Sylvain Chevallier, Pionniers des la savonnerie à froid en France ;-)

      Bonne fabrication !!! Vous allez voir c’est magique !!!

  32. merci de ta réponse

    connais tu l’indice de saponification, des huiles du commerce?
    en utilise tu?
    quel huile utilise tu?

    merci

    • Tu trouveras toutes ces réponses (indice de saponification selon l huile utilisée etc….) dans le livre indiqué plus haut ;-)
      Bonne découverte !

  33. Il y a quelques années, a Paris, j’ai fait le grand tour du salon Marjolaine pour trouver parmis plus de 50 exposants des savons artisanales des savons sans huile de palme. Pas moyen.

    Finalement je suis dans le Limousin et je trouve des producteurs 100 % locaux – Solibio et http://www.lanedesbois.com/

    La deuxieme je la connais personnellement et je suis tres contente de sa production.

  34. bonjour à toutes et tous

    Marie

    que penses tu de la réponse de lesieur
    « Monsieur,
    Nous faisons suite à votre mail du 23/03/2014. Vous souhaitez avoir des renseignements concernant la saponification de l’Huile d’Olive Lesieur.
    Nous vous informons que la saponification de l’Huile d’Olive Lesieur se situe entre 184 et 196 mgKOH/g d’huile.
    Nous espérons avoir répondu à votre attente.
    Nous vous remercions de votre confiance et restons à votre disposition pour toute information complémentaire. »

    puis je me contenter de cette imprécision, pour fabriquer mes savons, ou faut t’il un  » mgKOH/g » exact?

    merci

    Bien cordialement,

    Marina Paillusseau
    Service Consommateurs

  35. Merci pour toutes ces infos!
    A l’avenir encore une fois, je regarderai plus attentivement les étiquettes!

  36. Merci pour cet article tout à fait intéressant.
    Je souhaite juste apporter une justification sur le plan des composés chimiques dit toxiques.
    L’EDTA, comme beaucoup d’autres produits purs tels que le malate (qu’on retrouve naturellement dans un grand nombre de fruits et légumes soit dit en passant) et beaucoup d’autres acides, présente des caractéristiques du type « Irritant = Xi » mais n’est pas considéré comme « très polluant ». Il s’agit d’une molécule tampon, qui permet de stabiliser le pH de la solution et ainsi rendre le savon moins basique, et donc moins « irritant » pour la peau, tout en conservant les autres molécules dans un « état » qui s’adapte à notre peau.
    Il ne faut pas diaboliser les molécules chimiques sous prétexte qu’elles ont un nom « pas naturel ».

    Bien entendu, je suis de tout cœur avec vous quant à l’utilisation systématiques de savons et produits les plus naturels possibles, ne contenant que des produits extraits de plantes, dans les meilleures conditions possibles.

    Bien à vous.

  37. Bonjour.
    Peau sensible oblige, j’ai pris l’habitude d’utiliser des pains de toilettes sans savon. D’après vous faut-il aussi s’en méfier et quelles seraient les alternatives ?
    Merci de votre avis.

  38. Artis'Âne

    Artis’Âne; élevage étohlogique d’ânesses laitières, et savonnerie à froid.
    le savon à froid (c’est à dire à partir des huiles et matières grasses, sans apport calorifique extérieur est le seul moyen de fabriquer un savon, sain , avec toute sa glycérine naturelle. )
    Artis’Âne fabrique ses propres savons au lait frais (traite du jour) et fait fabriquer ses cosmétiques par un labo, mais toujours avec son lait frais.
    Après il est du choix de chacun de choisir ses matières premières (sous condition de répondre aux normes en toxicologie) et de qiuelques détails du processus de fabrication.
    les savons à froid,enrichis d’huile fine et de lait frais jusqu’à 40% sont d’excellents produits pour la peau, tant pour l’esthétique que pour la santé.
    Artis’Âne s’est fixé un cahier des charges stricte , un engagement en 11 point, afin de garantir la meilleure qualité des produits de fabrication et du savon fini..
    Face book: savonnerie Artis-Âne

  39. Encore un débat stérile de la bien-pensance, dans lequel on amalgame à tout va. Il aurait été interessant de pointer du doigt le tallowate, graisse animale très pauvre en insaponifiables, qui peut provoquer des réactions cutanées importantes. Il aurait été intéressant de dire que des savons pure huile d’olive n’existent pas, vu le prixx de l’huile d’olive, à moins qu’ils ne soient produits à partir d’huile de Nième pression, sans plus aucune qualité cosmétique. il aurait été interessant de parler de d’huile de palme RSPO, qui permet de proposer des savons à l’huile de palme, mais qui tentent de preserver le peu de forêt primaire qui reste dans le sud est asiatique. il aurait été interéssant de parleer de l’impact sur les populations locales si l’huile de palme était arrétée. Il aurait été interessant de dire que 90% de l’huile de palme consommée dans le monde est dans l’alimentaire… Mais comme tout bon bobo, on se contente de osulever des problèmes sans trouver de soluitions autres que celles que l’on apporte à son petit confort. C’est de l’hystérie pure et sectaire. Soyez contructifs au lieu d’être exclusifs. Vos petits soucis d’occidentaux font rire toute la planète. Celle qui est dans la réalité.

    • La Ruche qui dit Oui !

      Bonjour Deed,

      Faites vous allusion à l’article ou aux commentaires ?
      Car l’article n’aborde que très peu la question de l’huile de palme, qui semble vous intéresser.
      Le but était de décrire un métier artisanal et ses produits de haute qualité.

  40. Etes vous sûr des propos que vous avancez? Avez-vous visité les locaux de ce producteur?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>