Producteur des ruches, qui es-tu ?

Ils sont près de 2 500 à remplir chaque semaine les paniers des 50 000 membres des ruches avec les spécialités de leurs exploitations. Plus jeunes, plus geeks, plus femmes, les agriculteurs des ruches ne sont pas tout à fait comme les autres. Voici, après enquête*, leur portrait robot.

OKarticle-producteur-illu-04

Paysan tu nais, paysan tu seras ? 

Dans les ruches, c’est plutôt l’inverse. Près de la moitié des  producteurs ne viennent pas du monde agricole (46%), leurs parents n’avaient ni veaux, ni vaches, ni cochons. Pour beaucoup, c’est même carrément une reconversion après des années passées dans l’informatique, l’éducation, les labos pharmaceutiques ou à faire le tour du monde. Ce fort pourcentage de nouveaux entrants défie les statistiques nationales selon lesquelles seulement 20 à 30% des agriculteurs ne viennent pas du sérail. Ces nouveaux producteurs militants sauront-ils repeupler les campagnes et freiner la désertion des cultures (tous les dix ans, une exploitation sur 4 est rayée de la carte) ? On y croit.

article-producteur-illu-01

La revanche de l’agricultrice

Un agriculteur, c’est cet individu qui fait vrombir sa Massey Ferguson en bleu de travail en crapotant une Gitane maïs ? Oubliez la carte postale. Dans les ruches, 46% des agriculteurs ont moins de 40 ans, portent des jeans et regardent Homeland et Engrenages comme vous et moi. Beaucoup plus jeunes que la moyenne agricole nationale (où seulement 20% ont moins de 40 ans), ils connaissent aussi la crème de jour et le mascara. En effet, 42% sont des femmes. Une révolution dans un pays où la  part d’aides à l’installation pour les titulaires-femelles plafonne péniblement autour de 25%.

article-producteur-illu-02

Tracteur ET clavier

Qui dit jeune dit… connecté. 62% des producteurs ont créé un site ou un blog et deviennent avec la Ruche complètement geek. On vous montre quelques unes de leurs productions ?

Plus grand, plus fort ?

L’hexagone compte 500 000 exploitations, c’est moins que les 700 000 visiteurs qui chaque année poussent les portes du salon de l’agriculture. Et la tendance ne risque pas de s’inverser. Chaque semaine, 200 exploitations professionnelles disparaissent faute d’avoir trouvé un repreneur.  En fait, l’agriculture c’est comme les vases communicants : la taille des exploitations augmente à mesure que diminue le nombre d’exploitants. « La surface moyenne des exploitations professionnelles est passée de 42 hectares en 1988 à 66 au début des années 2000 pour s’établir aujourd’hui à 78 hectares », explique le site de la France agricole. Dans les Ruches, les surfaces moyennes sont légèrement plus petites, de l’ordre de 54 hectares toutes filières confondues.

article-producteur-illu-05

Les premiers seront les derniers

Quels sont les produits proposés par les agriculteurs que les membres boulottent le plus (en volume des ventes)** ? Sur la première marche du podium les fruits et légumes (38%), suivis des produits laitiers (23%) ex-aequo avec l’épicerie pour finir par la viande (16%). Les membres auraient-ils l’esprit de contradiction ? Parce que le panier d’un consommateur de Ruche est plutôt éloigné des productions nationales. En France, les céréaliers sont les plus nombreux (23% des exploitations), l’élevage bovin laitier concerne 16% des exploitations, les élevages à viande représentent 12 %, la viticulture d’appellation, 10 %, devant les élevages d’ovins et caprins (8%). Quant à l’arboriculture, au maraîchage et aux cultures spécialisés, ils arrivent bons derniers. Devant une telle dissonance entre l’offre et la demande, on devine en creux le poids de l’import/export.

article-producteur-illu-06

Le circuit court multi-forme

Comment ? Les producteurs des Ruches fréquentent d’autres circuits courts ? Ne soyez pas jaloux, c’est plutôt une bonne nouvelle, preuve que la Ruche est bien un service complémentaire. La moitié d’entre eux vendent également à la ferme, 15% approvisionnent les AMAP, 45% font les marchés, 20% participent à un Point de vente collectif et 9% vendent aux supermarchés. Fervents défenseurs des circuits cours, ils pulvérisent les statistiques nationales selon lesquelles seulement 18 % des exploitations commercialisent en direct. A la Ruche qui dit Oui ! les maraîchers livrent en moyenne 6 Ruches, 300 clients et parcourent 43 kilomètres pour venir les rencontrer.

Qu’ils s’appellent Thomas, Pascaline, Séverin, Cathy, Sylvaine, Gaspard, les agriculteurs des Ruches ont un dernier signe distinctif : ils sont vraiment, mais alors vraiment sympas. Forcément, il n’y a pas de chiffres pour ça !

 

*données issues d’un questionnaire communiqué au réseau entre août 2013 et novembre 2013 (taux de réponse : 40%)

**calculé à partir du volume d’unités commandées sur le réseau

Si vous aimez nos articles, dites-le nous sur notre page Facebook et pour découvrir la Ruche qui dit Oui ! c’est par ICI

A propos de

Hélène Binet

Hélène Binet

Son sourire est invincible mais sa vie semble impossible. Hélène écrit pour ce blog, pour des sites d'information alternatifs ou la presse traditionnelle ; elle publie des guides aussi différents que "Les arbres remarquables d'Isère" ou "Belle et bio à Paris" ; elle gère sa propre Ruche, l'une des premières et des plus grandes de France ; elle a trois enfants ; elle élève un chat. Quand on y pense on perd haleine. Pas elle.

commentaires

  1. Bonjour
    Merci pour ces chiffres forts intéressants,je suis fournisseur et producteur d’huile d’olive AOC Provence .
    Pourrions nous connaître le % que représente la ruche chez nous fournisseurs par filière dans nos ventes circuits courts?
    Pour ma part très peu moins de 1% ,mais je pourrai développer .
    Cordialement
    Martine Fille femme de producteur sur viadeo Facebook avec parfois du mascara, et les pieds dans sa terre.

    • La Ruche qui dit Oui !

      Bonjour Martine,
      Le travail par filière vient tout juste de commencer. On ne peut pas pour le moment vous donner ces chiffres avec précision. L’an prochain, sans doute. A suivre…

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>