Potager de poche : mode d’emploi

Quel est le comble du chic quand on habite en ville ? Faire pousser ses légumes sur son balcon. Comment ? Enfilez vos bottes, ajustez votre chapeau de paille et suivez le guide.

Peut-on cultiver sur tous les balcons ? Pas forcément.

Peut-on cultiver sur tous les balcons ? Pas forcément.

1/ Révisez vos classiques

Avant de commencer à rêver de votre carré potager, avant d’imaginer la salade de tomates maison cet été, vérifiez quelques détails réglementaires. Oui parce que vous soyez propriétaire ou non, la rambarde de votre balcon ou de votre fenêtre ne vous appartient pas. Côté immeuble, elle relève de la co-propriété, côté rue, de la commune. Bref, avant d’installer vos pots, potassez votre règlement de co-propriété et interrogez votre mairie pour savoir si tout ça est bien permis. Ca serait dommage de se prendre une prune pour avoir faire pousser des fraises.

2/ Empruntez une boussole

Les pros vous diront qu’il n’y a pas plus important : connaître l’orientation de ses terres pour choisir les espèces à cultiver. Si vous avez du bol, vous êtes plein Sud, à l’abri du vent. Toutes les plantes de la Méditerranée pourront pousser. A vous les tomates, aubergines, lavande et thym. A l’inverse, une exposition au Nord vous amènera à privilégier les légumes à feuilles du genre salades persil, menthe, ciboulette et cerfeuil. Si vous êtes à l’Ouest, sortez les parapluies pour abriter vos cultures des intempéries. A l’Est au contraire, votre meilleur ami s’appellera arrosoir.

Suspendre, la meilleur façon de gagner du terrain.

Suspendre, la meilleur façon de gagner du terrain. © Bacsac

3/ L’ABC du bac

Vous avez peu de place ? Optimisez-la. Choisissez les bons contenants. Ceux qui sont jolis, pratiques, légers mais pas trop et, surtout, de la bonne taille. Si vous plantez des légumes à racines, carottes et poireaux par exemple, 30 centimètres de profondeur de terre sont nécessaires (1/3 de terreau, 1/3 de terre du jardin de mamie et 1/3 de sable). Pour les autres, 15 centimètres suffisent. Ensuite, entre la jardinière en terre cuite ou celle en résine, à vous de choisir. Et si vous êtes plutôt du genre design ou récup, voilà quelques idées piochées sur les balcons.

L’option flemmard

La plantation à même le sac de terreau. Quelques trous dans le plastique et c’est parti.

Ca c'est l'option minimaliste.

Ca c’est l’option minimaliste.

L’option mobile

La plasticienne Paule Kingler a inventé le dadagreen, des sacoches vélo à cultiver. Elles se suspendent sur votre balcon ou s’invitent sur votre porte-bagage pour voir du pays . Dans le même esprit mais avec plus de profondeur, les bacsacs avec un prime un sac spécial compost.

Le dadagreen, une création de Paule Kingler.

Le dadagreen, une création de Paule Kingler.

L’option Yogi

Pourquoi se baisser quand on peut cultiver à hauteur d’évier. Les tables de culture se développent ici et là. Et puis si vous êtes bricolou  vous trouverez sur le site de Terre Vivante, les astuces pour les construire vous-même.

 

Table potagère imaginée par la SCOP Saluterre.

Table potagère imaginée par la SCOP Saluterre.

4/ Semez militant

Puisque vous vous lancez dans un potager, profitez-en pour choisir des semences biologiques. Plus robustes, elles n’ont pas été modifiées par des traitements chimiques. Leur potentiel génétique est intact et vous trouverez une incroyable diversité. Où les acheter ? Dans les  magasins Botanic, engagés dans une démarche zéro pesticides mais aussi auprès de structures engagées.

Si vous avez la main verte, tentez les semis. Sinon, préférez les plants, plus difficiles à rater.

Le Biau Germe : plus de cinquante variétés de salades, le double de fleurs, des légumes anciens et même des variétés exotiques (quinoa, gombo, bardane, tetragone…).

La ferme de Sainte-Marthe : là encore une belle collection de semences bio. Plus de 500 variétés de graines bio pour le potager. Et en prime, des conseils pour réussir ses semis.

Essem’bio : pas mal de légumes et de plantes aromatiques certifiées Demeter par Ecocert. Les bénéfices servent à financer des programmes de recherche dans le domaine de la conservation, de la sélection et de l’obtention de variétés  adaptées à l’agriculture biologique.

Germinance : un réseau d’une vingtaine d’agriculteurs biodynamiques (la plupart ont la marque Demeter) fournissent à la société semences et plants.

Kokopelli : cette association défend la biodiversité sur tous les fronts et dispose de 2500 variétés de graines dont la plupart sont certifiés en agriculture biologique ou en biodynamie.

Les petits fruits poussent bien dans les pots. Et vous serez sûr qu'il n'y aura pas de pesticides.

Les petits fruits poussent bien dans les pots. Et vous serez sûr qu’il n’y aura pas de pesticides.

5/ Privilégiez les valeurs sûres

Enfin, pour être fier de votre potager, oubliez les légumes laborieux qui poussent en plusieurs mois. Préférez les cultures de court terme, les radis qui se récoltent en 3 semaines, les salades à couper, les aubergines, les poivrons, les tomates, les concombres, les cornichons. Allez-y à fond avec les petits fruits, fraises, framboises, groseilles, cassis. Et puis, n’oubliez pas d’inviter  les herbes aromatiques : menthe, estragon, sauge, persil, ciboulette… Elles font voyager.

 

Si votre balcon est trop petit, investissez la rue.

Enfin, si votre balcon est trop petit, investissez la voie publique.

 

 

Si vous aimez nos articles, dites-le nous sur notre page Facebook et pour découvrir la Ruche qui dit Oui ! c’est par ICI

A propos de

Hélène Binet

Hélène Binet

Son sourire est invincible mais sa vie semble impossible. Hélène écrit pour ce blog, pour des sites d'information alternatifs ou la presse traditionnelle ; elle publie des guides aussi différents que "Les arbres remarquables d'Isère" ou "Belle et bio à Paris" ; elle gère sa propre Ruche, l'une des premières et des plus grandes de France ; elle a trois enfants ; elle élève un chat. Quand on y pense on perd haleine. Pas elle.

commentaires

  1. laurence

    Nous sommes en train de tester la méthode « Bartholomew » pour réussir un potager en carré ; la méthode est simple et géniale- Quatre planches, un fond de tissu géotextile, et surtout un mélange de terre du tonnerre à la fois légère et gardant l’humidité sans besoin d’ajout d’engrais-
    La promesse ? Des légumes en moins de 10min par jour de travail, quasiment pas de désherbage, et un aspect très décoratif car un nombre précis de plants par carré, bien rangés et alternés par de jolies fleurs-
    Nous en sommes à la première semaine, toutes les semences ont déjà germé (persil, laitue à couper, radis, ail…) et dès qu’un légume sera récolté, il est aussitot remplacé- Pour les herbes aromatiques, ça sera au ciseau- Génial pour les citadins mais aussi les propriétaires de jardin qui n’ont pas assez de temps ou une trop mauvaise terre- la seule condition : assurer un arrosage quotidien car il n’y a que 30cm de terre-
    Mais c’est un vrai plaisir tellement c’est joli et propre ! fini la jungle ! bon appétit !

    • veronique Kuborne

      bonjour

      vous pouvez m’en dire plus sur votre méthode Bartholomew? Mon mari est dégoûté des we passés à désherber le potager et nous allons passer à la méthode « carrés potagers » ou autre mais qui réduira le volume (à compenser par l’efficacité et le soin que nous pourrons apporter à ces cultures)

      merci

  2. boulledogue79

    un peux bricola boy j’ai tester pour les jardinier du dimanche après midi « le fraisier sur terrasse  »
    vous prenez un sac de jute que vous remplisse de terreau de terre du jardin de chez mamie (pas nova !!)
    et le sac bien rempli on fait un petit noeu pape pour fermer l’ouverture puis coucher le sac a plat et faire des trous pour installer les godet de fraise et juste a arroser et attendre avant de déguster les bonne fraise locavore MMMh miam ps j’ai prie des fraise remontante (remontant ne signifie qu’elle dans le sac après avoir pris la clés des champs ) non ces quelle repousse 2 fois dans l’année .
    j’ai tester les fraise mais pourquoi pas des laitue ou des tomate avec un grillage pour tuteur ???

  3. et aussi à découvrir sur Bordeaux : les mini-potagers de natureetpotagerenville.fr
    Des sacs de culture écologiques, des associations de plantes, des semences bio : comment jardiner responsable et gourmand au balcon!

  4. Sympa cet article, et merci d’avoir cité les Dadagreen qui d’ailleurs peuvent même accueillir des légumes racines (30 cm de profondeur)… Ils sont réalisés avec des bâches de photos d’artistes, donc tous différents et uniques …
    On peut les voir en ce moment à la Foire de Paris (hall 1 / Stand 029-039) car nous avons été invité par la Mairie de Paris pour présenter exactement ce que vous énoncez dans votre article : un petit potager de complément c’est possible en ville ! On y présente aussi le Zambu, qui est un potager ambulant sur roues et qui sillonne les quartiers en transhumance festive et goûteuse (fabriqués et jardinés avec les citadins)… Nous faisons une transhumance le lundi 9 juin, on part du Jardin des Tuileries (lors de l’évènement Jardins Jardin) avec un troupeau de 12 potagers Zambus pour traverser la Seine et se retrouver sur l’autre rive au pied du Musée d’Orsay. Traversée musicale, ludique et festive avec les résidents de Paris Habitat qui ont construit les Zambus ! Et le 21 juin, autre transhumance dans le 13e avec le Centre Goscinny et la Coopérative de Rue de Cirque… Bienvenue à tous ! parislabel@gmail.com

  5. c’est tentant ,ça y est je me suis lancé, graines de salade a couper, tomates petites rondes ça y est , tout lève c est sympa;
    je faisais un jardin avant de +300 m2? Mon, papa avait un jardin de 2000 M2 autre taille mais on était 4, et fallait y aller, mais j’aime toucher la terre…La en appartement, j ai réduit bien sur, j’ai thym;persil ciboulette toute l’année ma tisane verveine citronnée,et bien sur des fleurs.
    pendant qu’on fait ça on ne pense a rien ….. ESSAYEZ C4EST L4ADOPTER VOUS VERREZ……….

  6. Véronique

    J’ai un balcon plein sud couvert et venté.
    Je ne dois pas être douée parce que mes tentatives de plantation de fraisiers ont donné… 2 fraises, pas mieux avec les tomates cerises…
    Ma ciboulette attire systématiquement les pucerons dont je n’arrive pas à me débarrasser avec des méthodes naturelles…
    La sauge n’a pas aimé ne pas être arrosée…
    C’est aussi ça le problème des cultures sur balcon : comme il y a peu de terre, elles demandent de l’eau quotidiennement. Absentez-vous plusieurs jours et attendez-vous à retrouver vos cultures désséchées :(

  7. Bonjour
    Je suis auteure jeunesse. J’ai écrit avec un autre auteur une histoire qui n’a pas encore trouvé d’éditeur. Elle évoque un personnage extravagant qui utilise les poches de son manteau pour faire des plantations…Cela rejoint un peu votre blog. Bien à vous..Jeanne Taboni Misérazzi

  8. Pingback: Potager de poche : mode d’emploi | La Ruche qui dit Oui ! | Jess la révoltée

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>